Lendosphere répond au désir des citoyens de contribuer à une économie positive grâce aux outils du financement participatif. Lendosphere vous donne les moyens de faire de votre argent un levier de valeurs partagées. En prenant part au financement de la transition écologique, vous en tirez les gains financiers, environnementaux et sociaux.

La transition écologique : une urgence et une opportunité

La transition écologique de notre pays est une vision d’avenir, qui crée des opportunités économiques positives dans tous les secteurs d’activités. La compétitivité de notre tissu industriel passe par l’efficacité énergétique, les circuits courts maintiennent notre agriculture sur le territoire, les énergies renouvelables allègent notre déficit commercial, les éco-technologies créent des emplois et des start-up dynamiques…

Mais la transition écologique exige des investissement de plusieurs milliards d’euros, que les banques rechignent à prêter et que l’Etat n’a plus les moyens d’injecter dans l’économie.

Grâce à Lendosphere, les particuliers peuvent participer à cette transition et en tirer des bénéfices pour leur environnement et leur épargne.

Pour un financement participatif et positif

Le lien entre le financement participatif et le développement durable est encore ténu. En France, au premier semestre 2014, seul 1% des prêts concernent des projets de santé/environnement, contre 75% pour les commerces et services.
Pourtant, les défis écologiques du 21ème siècle exigent d’accélérer les changements positifs et d’impliquer un maximum d’acteurs. Les solutions ne se trouvent pas dans les grands discours moralisateurs ni dans le défaitisme ou le cynisme chronique. Pour gagner l’intérêt et l’implication de tous, rien de plus efficace que de partager les bénéfices économiques de la transition écologique. L’équipe de Lendosphere croit que le financement participatif en prêts rémunérés constitue une opportunité extraordinaire de sensibiliser et de fédérer une communauté très large au développement durable. La transition écologique de nos territoires doit intéresser tout le monde, au sens propre et au sens figuré !

Choisir le sens de son épargne

L’épargne placée par les particuliers reste majoritairement utilisée de façon discrétionnaire par les banques et les assurances. Avez-vous déjà demandé à votre conseiller bancaire ce que votre Livret Développement durable avait de “durable” ? Les banques doivent utiliser 10% des encours de ces livrets pour financer des travaux de rénovation énergétique, mais comment connaître la part qu’elles y affectent réellement ? Plus généralement, cette épargne peut financer des projets allant à l’encontre des engagements “verts” affichés par les acteurs bancaires et assurantiels. Exemple : trois des principales banques françaises ont soutenu à hauteur de 8,35 milliards d’euros le secteur du charbon entre 2005 et mi-2013, via des prêts, des obligations et des actions. Sur Lendosphere, les prêteurs soutiennent directement des entreprises ayant un impact positif sur leur environnement. L’épargne est fléchée en toute transparence, sans intermédiaire, dans une logique de circuit court et de traçabilité de l’argent.

Tout le monde peut prendre part à l’aventure du 21ème siècle !

Jusqu’en octobre 2014, un vide juridique freinait le développement du crowdfunding en France. Organisés au sein de l’association professionnelle Financement Participatif France , les acteurs du crowdfunding ont fait valoir leur point de vue auprès des pouvoirs publics. Les ministres Fleur Pellerin, Arnaud Montebourg puis Emmanuel Macron ont porté ce dossier, preuve de son caractère prioritaire. En effet, la finance participative apporte un nouveau souffle pour une économie stagnante, des pistes réactives de financement pour les TPE et PME qui peinent à convaincre leur banquier, un regain de sens pour les épargnants qui souhaitent savoir ce que finance leur argent. Deux nouveaux statuts ont été créés pour encadrer ce secteur émergent de financement alternatif. Désormais, les particuliers peuvent prêter de l’argent avec intérêts à des porteurs de projet. Les acteurs du financement participatif doivent répondre à de nouvelles exigences en matière d’information sur les risques des projets et de transparence sur les coûts pratiqués. Lendosphere est agréée Conseiller en Investissements Participatifs (CIP), statut encadré par l’ordonnance du 30 mai 2014 et le décret du 16 septembre 2014.
Investir comporte un risque de perte partielle ou totale du capital, ainsi qu'un risque d'illiquidité.
Vérifiez vos capacités financières avant d'investir.